Image article journée mondiale du climat

Journée mondiale du climat : où en sommes-nous ?

En ce mercredi 8 décembre, nous fêtons la journée mondiale du climat. Comme chaque année, cette journée est l’occasion pour tout un tas d’acteurs de parler du réchauffement climatique et surtout de réfléchir à des solutions pour le limiter. De la même manière que la journée mondiale de l’environnement qui s’est tenue le 5 juin dernier, la journée mondiale du climat revêt une importance particulière aujourd’hui. En effet, quelques semaines après le rapport GIEC qui a, une nouvelle fois, tiré la sonnette d’alarme sur la situation climatique, ainsi que la COP 26, il est plus temps que jamais de se préoccuper le plus sérieusement possible du problème climatique.

La situation actuelle

La situation climatique mondiale n’est actuellement pas bonne et nous le savons. Depuis plusieurs années, les climats changent et entraînent avec eux tout un tas d’autres changements. Ces changements climatiques sont une menace bien réelle pour tous les êtres vivants sur Terre. Les scientifiques (notamment ceux qui ont publié le rapport GIEC) estiment qu’il est primordial de limiter au maximum ces élévations de la température qui ne pourront de toute façon pas être arrêtées complètement. Dans certains scénarios catastrophes (mais qui se rapprochent de plus en plus), les étés dans le sud de la France à l’horizon 2050 pourraient tout simplement devenir invivables avec des températures avoisinant les 50°.

D’ici 2050 également, près de 25% des espèces vivantes sur Terre pourraient avoir disparues si la situation n’évolue. Des perturbations et des modifications se manifesteront à tous les étages de la vie sur notre planète. Les cycles biologiques seront modifiés, les océans deviendront plus acides, les récifs coraliens (qui sont ô combien importants pour l’équilibre des océans) blanchiront… De plus, la hausse des températures aura aussi un impact sur notre vie à nous, les êtres humains. Comme nous le disions au dessus, certaines saisons deviendront quasiment invivables. En plus de cela, les catastrophes naturelles augmenteront avec plus d’incendies qui ravageront nos forêts, plus d’inondations… La fonte des glaces entraînera elle aussi une hausse du niveau des mers ce qui veut dire que certains territoires seront petit à petit grapiller par les eaux pour disparaître à long terme.

Certains scientifiques pensent également que la hausse des températures aura pour effet une crise migratoire sans précédent. Près de 280 millions de personnes seront directement touchées par ce problème et seront obligés de quitter leur lieu de vie pour se réfugier ailleurs. Enfin, la hausse des températures aura pour effet une autre crise importante : celle de l’alimentation. Il sera plus difficile de développer certaines cultures et certains produits ce qui entraînera des difficultés pour nourrir l’intégralité de la population, d’autant plus que nous seront près de 9 milliards d’êtres humains sur Terre à l’horizon 2100.

Tous ces faits font peur et nous font comprendre que la situation est grave et que nous sommes face à une urgence climatique. Cependant, des solutions existent. L’Homme est capable de renverser la vapeur même si cela implique des changements à toutes les strates de la société. Nous avons juste besoin d’êtres prêts à faire ces changements pour offrir un avenir meilleur à nos enfants.

Des solutions qui existent

Comme nous le disions juste au dessus, malgré l’urgence de la situation qui est réelle, il existe des solutions pour ralentir au maximum le phénomène de réchauffement climatique. Pour comprendre cela, il est important de rappeler tout d’abord que les écosystèmes terrestres et marins jouent un rôle absolument essentiel dans l’atténuation de ces changements climatiques. Les arbres par exemple permettent de stocker le carbone (qui est en parti responsable de l’effet de serre qui est une des raisons principales de ce réchauffement climatique) mais également d’effectuer la photosynthèse.

Un investissement plus important que celui qui est fait aujourd’hui est donc à prévoir dans ces secteurs : planter plus d’arbre, utiliser des matières premières renouvelables, bannir à terme les énergies fossiles qui polluent beaucoup… Ces solutions, nous pourrions les résumer autour de trois axes que voici. La limitation de la hausse des températures et du réchauffement climatique passe par :

  • une préservation des écosystèmes qui sont encore soit intacts, soit en bon état. Maintenant que nous avons conscience du problème, nous tentons de faire plus attention. Certains écosystèmes ont réussi à traverser les siècles sans être trop impactés par l’être humain. Il est important aujourd’hui de les préserver pour que nous puissions bénéficier de tous les bienfaits qu’ils ont à nous apporter dans cette lutte.
  • une amélioration de la gestion des écosystèmes qui sont actuellement exploités par l’humain. Contrairement à ceux que nous évoquions juste au dessus, certains écosystèmes ont quant à eux été exploités par l’homme. Parfois de façon peu ou voir pas du tout écologique et responsable, parfois un peu plus. Aujourd’hui, il est crucial que toutes les exploitations des écosystèmes se fassent en respectant ces mêmes écosystèmes. Les préserver, c’est nous préserver de la hausse des températures et de toutes les conséquences qu’elle implique.
  • une restauration des écosystèmes qui ont été détruits ou dégradés par l’activité humaine. Ici, nous sommes arrivés à l’extrême de ce que l’humain a pu faire c’est à dire dégrader fortement voire même détruire des écosystèmes. Pour lutter contre le réchauffement climatique, il faut replanter massivement des arbres, il faut réintroduire dans des lieux protégés des animaux en voie de disparition, il faut « réparer » les récifs coralliens.

Chez Cosmébulle, on fait quoi pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Chez Cosmébulle, même si nous ne travaillons pas directement sur le climat, nous essayons de faire en sorte d’être le plus respectueux possible de l’environnement. Nous faisons par exemple le choix de vendre nos produits en vrac. Ainsi, nous produisons moins de déchet et donc moins de pollution plastique. Le plastique est polluant à fabriquer et utilise des énergies non renouvelables, c’est un moyen d’impacter positivement le climat.

Nos formules sont également respectueuses de l’environnement puisque nous faisons le choix de nous priver de composants comme les silicones, les sulfates ou encore l’huile de palme. Cette dernière est la source de déforestation massive, notamment dans la forêt amazonienne qui est considérée comme le poumon de la planète. Cette déforestation entraîne alors une hausse des températures car il y a moins d’arbres pour stocker le carbone mais également la destruction des lieux de vie de plusieurs centaines d’espèces animales et même de tribus aborigènes. Enfin, nous fabriquons nos produits localement avec le plus d’ingrédients issus de France possible. Cela implique moins de transport et donc moins de pollution.

En cette journée mondiale du climat, n’hésitez pas à partager vos points de vue et à vous mobiliser à l’aide du #WorldClimateDay. Sachez que vous trouverez de nombreuses informations sur le site Réseau Action Climat ou encore ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

PARTAGEZ CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin